Quelle approche choisir ?

Coach, psychiatre,psychologue ou psychanalyste ?

• Le coach en développement personnel

Le coaching est tendance, donc parlons-en ! Son rôle était de développer les performances sportives, et s’est étendu aux compétences professionnelles, puis au développement personnel… Il vise des objectifs précis (réussir un examen, prendre un tournant professionnel, surmonter un obstacle…). C'est une sorte de tuteur qui n'est ni un psy ni un thérapeute, et ne vous permettra pas de faire un travail en profondeur. Si vous vous interrogez sur votre vie professionnelle, autant faire directement un bilan de compétence avec un spécialiste. Mise en garde : le coaching est en plein essor car il promet des résultats rapides… Les professionnels sont plus ou moins sérieux, et dans tous les cas la tendance est à la normativité des comportements : on vous donnera des recettes pour séduire, des recettes pour réussir… Recettes qui pourraient malheureusement vous faire plus de mal que de bien !

 

• Le psychiatre

C’est avant tout un médecin. Il diagnostique et traite les maladies mentales, dont notamment celles qui auraient des causes organiques et celles qui relèvent de ce qu’on nomme communément « la santé mentale ». Il apporte également un soutien ponctuel face à une difficulté de vie, via une réponse souvent médicamenteuse (antidépresseurs, anxiolytiques, psychotropes variés) et peut proposer une hospitalisation.

Il est remboursé par l'Assurance Maladie et délivre des ordonnances.

 

• Le psychologue

Il propose des entretiens à visée thérapeutique, lors d’une psychothérapie en face à face, dans une situation d’échange et de dialogue. Il en existe de plusieurs sortes : psychothérapie de soutien, psychothérapie comportementaliste : programmation neuro-linguistique (PNL), psychothérapie de pleine conscience, psychothérapie de couple… Schématiquement, la psychothérapie vise à développer une meilleure adaptation de l’individu aux rôles et aux situations sociales.

Le psychologue n’est pas médecin, il a un cursus universitaire (DESS ou DEA). Il intervient aussi bien auprès de particuliers, de groupes, ou d’entreprises.

 

• Le psychanalyste

Il propose une cure par la parole, un travail sur l'inconscient et les ancrages profonds de l'individu qui s'effectue à travers un cheminement. Il utilise la théorie et les pratiques cliniques initiées par Sigmund Freud.

Par rapport à d'autres approches,  le psychanalyste ne vise pas l'adaptation de l'individu à son environnement social, mais accompagne un changement beaucoup plus global de l'individu dans toute sa singularité. C'est le seul à faire un travail sur la structure psychique profonde.

Lui non plus n’est pas médecin : il ne délivre pas d’ordonnance, ne peut vous faire hospitaliser, et n’est pas remboursé par l’Assurance Maladie. En revanche, s’il le juge nécessaire, il peut vous orienter vers un psychiatre.

 

A savoir :

impossible de s'improviser psychanalyste si l'on veut veut mériter la confiance de ses patients !

• Un psychanalyste rigoureux a lui-même suivi une longue psychanalyse, et connait son propre fonctionnement psychique.

• Il a acquis une solide formation théorique et appartient à une association psychanalytique reconnue.

• Durant ses premières années d'exercice, il fait superviser sa pratique par un praticien expérimenté et reconnu.

• Il est tout au long de sa carrière dans une posture de formation continue :

-> questionnement et approfondissement permanent de sa pratique clinique ;

 -> enrichissement théorique ;

 -> échange d’expérience avec d’autres praticiens lors de séminaires, colloques, journées d’études…

 

Certes il n’y a pas de diplôme de psychanalyste, mais devenir praticien suppose un sacré parcours.

 

 


Choisir la bonne thérapie
Klimt